samedi 2 avril 2011

Marcq en Barœul, Avenue de la Petite Hollande

L'avenue de la Petite Hollande est parallèle à l'avenue Poincaré dans sa plus grande partie, puis rejoint celle-ci par un tournant. C'est une voie très riche en maisons intéressantes.
En partant de l'avenue Poincaré, on trouve d'abord une maison Art Déco à toit en terrasse. Les fenêtres en bandeaux et les décrochements variés font penser à Mallet-Stevens. Une urne en terre cuite décore la façade. Cette maison est signée Veillard.
Un peu plus loin, on remarque une maison typiquement Art Déco, dont l'oriel en maçonnerie présente un beau garde corps ainsi qu'une agréable décoration en bas-relief.
La villa de style moderniste qui la jouxte est surtout remarquable par la décoration sculptée représentant une tête féminine (ou d'ange), de grande qualité plastique.

Face à cette sobre construction, on remarque une somptueuse maison de très grande taille édifiée dans un style Art Déco très décoratif. La grille du garde corps surmontant l'oriel est d'une rare qualité. On remarquera les pilastres encadrant l'oriel qui donnent un bel équilibre à l'ensemble.

Sur le côté opposé, à quelque pas on verra une grande villa Arts and Crafts muni d'un vaste toit. La symétrie de l'ensemble, qui reprend le plan de l'hôtel particulier classique est atténuée par des fenêtres de toit différentes au niveau des ailes.
La villa mitoyenne a été construite en 1934 par René Doutrelong. Cet architecte est beaucoup intervenu sur la Métropole lors des reconstructions de l'après Première Guerre Mondiale. Il a opté ici pour un modernisme marqué par le toit en terrasse. La seule décoration est la corniche qui marque la terrasse.
Un peu plus loin en direction du Grand Boulevard, longeant le trottoir d'en face, s'élève une belle maison de style Art Déco construit par Legey connu pour avoir restauré la Brasserie Bofinger à Paris dans les années 20. La colonnade du dernier étage est particulièrement réussie.

Face à cette maison, on peut voir une extraordinaire construction de la fin du XIXème siècle qui évoque davantage le Motel Bates dans Psychose, qu'une maison de la Métropole lilloise. Disons que le bleu et jaune ne se marie pas obligatoirement avec le style éclectique de la bâtisse.

Voisinant cette étonnante villa, une autre, non moins étonnante a été construite par G. Lefebvre en 1932. C'est une énorme bâtisse de style Arts and Crafts qui évoque aussi l'architecture hollandaise de cette époque avec la présence de l'immense pignon à pente brisée.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire